The Government Shutdown

Comme vous le savez probablement, les parcs nationaux des Etats-Unis sont fermés à cause du « government shut down », c’est à dire de la FERMETURE du gouvernement fédéral US. Oui, la fermeture du gouvernement… Quand on y pense un peu, ça donne la sensation bizarre de l’inconcevable: on est plus habitué à la fermeture d’une usine qu’à celle d’un gouvernement, qui plus est de celui qui se veut ambassadeur de la démocratie dans le monde, et qui laisse plus d’un million de fonctionnaires sans salaire et ce, pour une durée indéterminée… Un peu fou non?

Mais laissons là la politique et entrons dans le sujet qui intéresse les voyageurs que nous sommes, celui qui nous impacte (ou plutôt qui nous a impacté) directement: la fermeture des parcs nationaux! Lorsque nous avons appris la nouvelle, nous étions dans notre hôtel de Las Vegas, nous apprêtant à aller nous coucher après avoir passé notre dernière soirée sur la Strip, composée d’un buffet et d’un spectacle érotique laissant à désirer… Bref, il était tard et nous étions contents à l’idée de visiter Zion, Brice Canyon, Arches, Grand Canyon etc. pour les jours suivants. Maiiiiiiis non! Finalement, grâce à Facebook, nous nous sommes couchés avec le fait que nos plans venaient de s’écrouler et avec l’idée que nous irions directement de Vegas au Mexique sans un regard de plus pour les USA et leur magnifique nature!

Valley of Fire State Park

Valley of Fire State Park – USA NV

Hugo était très contrarié; j’étais trop fatiguée pour me rendre compte que quelque chose de grave se passait. Pour moi, ce n’était qu’un changement de plan et ça n’allait pas m’empêcher de dormir!

Mais le lendemain…

« Quoi? Les parcs nationaux sont fermés?? Comment ça??! C’est quoi c’te blague?! Mais non c’est impossible!! »

Bref, je me suis réveillée!

Heureusement, il y a Facebook! Car même si ça a été à cause de lui que nous avons appris la mauvaise nouvelle, c’est aussi grâce à lui que nous avons réussi à faire quelque chose de nos vies sans tracer directement au Mexique (thanks to our great visitor guide: J.D. Payne for all his suggestions and ideas)! Du coup, nous avons commencé timidement notre itinéraire bis, au Nevada, en visitant Valley of Fire State Park. Parc bien joli et qui offre une mini alternative à Arches National Park pour 10$ l’entrée! Mais nous n’étions pas les seuls, loin de là! Le parc était plein à craqué de gens comme nous, complètement désorientés par la fermeture improbable des parcs nationaux. On ressemblait à une horde de zombies regroupés au même endroit, obéissant à la même impulsion: voir ou faire quelque chose malgré tout! On a passé l’après-midi dans le parc, vagabondant de place en place, de photos en photos, avant de finir au camping de Hurricane, à quelques km de Zion NP… Car, toujours en prisonniers de notre contrariété, nous avions un plan pour désobéir aux règles et entrer dans le parc comme des hors-la-loi recherchés par une horde de cow-boy armés jusqu’aux dents! Bon, en réalité le plan était un peu moins « western » que ça, mais l’essentiel est là: entrer dans le parc là où les routes sont encore ouvertes et échapper aux rangers pendant qu’on essaie de prendre une photo ou deux!

Toadstools

Toadstools Hoodoos, Route 89 – USA UT

Alors nous y voilà, dès le lendemain, en direction de Kolob reservoir, qui se trouve sur une petite route traversant un morceau de Zion NP. Bien évidemment on ne va pas jusqu’au réservoir et, bien évidemment, on s’arrête en chemin pour nous offrir une randonnée de 2 heures nous menant à un point de vue sur le canyon jalousement protégé au sein du parc. Et au retour, bien évidemment, on constate que les rangers nous ont eu! Non seulement ils travaillent sans être payés mais en plus ils collent des papiers orange fluo, indécollables, bien visibles au milieu de la fenêtre avant gauche, celle du conducteur; véritables papiers de la honte!

Les hors-la-loi sont démasqués et seront pendus haut et court sans autre forme de procès: « The park is closed, violators can be cited » …

DSC_5649

L’avertissement cinglant! Parc national Zion  – USA UT

Pendant que je tente avec mes restants d’ongles de décoller le papier indésirable, un Français de Marseille s’amuse à me regarder galérer dans mon entreprise, pendant que je m’amuse à faire semblant de ne pas comprendre ce qu’il dit à ses potes:

« Ouahahahaha, ils se song fait avoireu putaing! Les cong ils l’ong quand mêmeu cherché heing, le papier! C’est marqué paretout qu’il ne faut pas s’arrêter sur le bas-cheming! »

Mouais… Il a raison en fait… Je peux pas lui en vouloir… Hugo? Reviens s’il te plait y’a un monsieur qui rit de nous et de Jolly et en plus, il a le droiiiiiiiiit! J’avais envie de me cacher; le papier de la honte a eu le dessus!

Alors que j’essaye plus vite encore de décoller cette merde orange, le Marseillais s’approche de moi et me dit dans un anglais douteux qu’il veut m’aider. Je lui épargne l’effort de continuer à massacrer l’anglais et lui répond en français que son aide serait effectivement bien appréciée. Il a rougit un peu, mais moi, j’ai eu la monnaie de ma pièce et je l’ai gratifié de mon plus beau sourire plein de revanche!

Hugo, revenant des toilettes, nous trouve en train de décoller à l’aide d’un couteau les résidus d’un truc qui se trouvait collé là autrefois:

« Shit! On a eu un ticket? »
« Non t’inquiète… Juste un avertissement… Mais qui colle bien! »

On a quitté le parc peu de temps après, comprenant qu’être hors-la-loi aux USA, c’est un vrai métier pas fait pour nous.

Le reste du plan? Écouter les conseils des gens, de nos informateurs privés et ne pas faire quoi que ce soit d’illégal. On a donc accordé de l’attention aux suggestions de notre guide touristique spécialisé du backcountry: J.D. Payne. Et c’est comme cela qu’on a découvert que Jolly était un excellent 4×4, et que des trésors de beauté sont gardés précieusement cachés dans l’ombre de la renommée des parcs nationaux. On a découvert les BLM lands qui sont des terres publiques accessibles en 4×4 pour la plupart, complètement vierges de présence humaine et offrant des spectacles de nature incroyables. On a découvert également, avec plus d’intimité, les National Forests qui sont des endroits préservés mais non surveillés. On y a dormi, on y a roulé, on y a marché plus qu’il n’en faut pour y voir Zion canyon, Toadstools, la route quasi impossible de Wahweap Hoodoos, House on fire, et le Grand Canyon.

House on Fire

House on fire ruins – USA UT

On est passés par des routes qui perdaient le GPS, qui transformaient notre maison en ramasse-poussière, et qui nous faisaient souvent douter de la pertinence de nos choix touristiques! Mais en vrai, quel plaisir! D’une part nous étions souvent seuls au monde et d’autre part, lorsque nous rencontrions des gens, c’était à chaque fois pour nous faire vivre/découvrir quelque chose de plus. C’est comme ça que nous avons rencontré Brenda grâce à laquelle nous avons pu dormir tranquillement sous les étoiles pas loin de la route pour « House on fire » et que nous avons pu nous offrir deux repas chauds et profondément réconfortants à Cameron et à Prescott. C’est comme cela également que nous avons partagé un bout de ce ciel étoilé et un morceau de route avec Judith et Nicolas, deux compatriotes en vacances aux USA. C’est encore comme cela que nous avons rencontré 3 Australiens, un peu meilleurs hors-la-loi que nous, qui nous ont donné une carte de la « national forest » de Kaibab par laquelle le Grand Canyon est accessible… On a également découvert, un peu par hasard et grâce à un Chinois, Navajo National monument, ruines indiennes du début de l’ancien millénaire.

Betatakin Ruins, Navajo National Monument

Betatakin Ruins, Navajo National Monument – USA UT

Et enfin, grâce à toutes ces routes, nous avons passé plus de temps que prévu au sein de la réserve indienne Navajo, ce qui nous fait remettre en question quelques passages de notre article précédent sur les Indiens et leur présence aux USA: la culture Navajo est très forte, le peuple est très bien organisé et le touriste bien exploité!

Finalement, malgré les contrariétés spontanées liées à l’imprévu inconcevable, nous avons découvert plus qu’espéré la région du Middle Ouest américain, nous avons testé un peu l’aventure en territoire non balisé, nous avons gâté Jolly en lui offrant des routes poussiéreuses, cahoteuses et rocailleuses et nous nous sommes découverts un certain goût pour tout cela. En fait, nous qui pensions initialement être impactés en mal par la fermeture des parcs nationaux, nous avons vécu quelque chose de bien plus riche et plus fort que si nous avions suivi, comme tout le monde, les routes bien dessinées et régulières des parcs pour en sortir avec les mêmes expériences et les mêmes souvenirs/photos que tous les autres. On pense, peut-être à tort ou à juste raison (on verra bien), que cette situation nous aura préparé un peu à la suite de notre voyage qui risque d’être bien moins prévisible que ce qu’il a été jusque là.

Monument Valley

Monument Valley – USA AZ-UT

Canyon de l'Utah

Brice Canyon – USA UT

C’est comme ça que le malheur des uns fait le bonheur des autres et sans rien enlever aux merveilleuses journées que nous avons passées en Arizona et dans l’Utah, on y serait bien restés plus longtemps. Cela dit, le Mexique nous attend! Et puis la situation finira par se rétablir et les choses rentrerons dans l’ordre: les touristes dans les parcs, les rangers payés pour leur travail et les terres du BLM de nouveau laissées à leur intimité sauvage. Quant à nous, qui sait, nous serons probablement déjà loin…

DSC_6050

Monument Valley aux aurores… – USA AZ-UT