La sélection de notre voiture

Pour en arriver à descendre les Amériques en 12 mois, il a été nécessaire de réaliser quelques recherches afin de trouver le véhicule idéal pour ce type de projet. Au début on cherchait une voiture dans laquelle on pouvait dormir avec un petit peu de confort comme un véhicule récréatif (VR) peut offrir. En ayant vu plusieurs Westfalia lors de nos petites virées dans l’arrière pays Québécois, on s’est dit qu’une telle voiture serait parfaite. On est alors partis à la chasse au Westfalia, la bouche en cœur et la fleur au fusil, convaincus que cette voiture serait notre carrosse pour un voyage de plus ou moins 50 000 km.

Après en avoir visité et testé plusieurs, de différentes années et avec des aménagements allant du simple au sophistiqué, des doutes se sont installés dans nos têtes et ont commencé à ternir l’image du Westfalia comme voiture idéale pour le projet que nous désirions entreprendre.

  • D’abord le prix… Un Westfalia ça coûte cher, entre autre à cause de la rareté et à cause de la « mode » existant autour de ces véhicules hippies !!
  • Ensuite la robustesse… C’est vraiment fait pour rouler sur des routes asphaltées et assez homogènes. Jetez un oeil sur la taille des roues et la hauteur du chassis…
  • Ensuite, la consommation de carburant, ouch…!
  • et enfin, les petits tracas réguliers occasionnés par un vieux moteur et la disponibilité rare des pièces.

Réflexion faite, on a abandonné l’idée du Westfalia et préféré opter pour un véhicule tout-terrain qui offrirait de la robustesse, de la fiabilité, de l’espace pour y vivre, un profile passe-partout et qui ne serait pas trop énergivore. Bref, on cherchait la perle rare… Et ce bijou, nous l’avons trouvé le 23 avril 2012 à Saint-Jean sur Richelieu, sous la carrosserie d’un Toyota Land cruiser BJ60.

Voici donc les différents critères sur lesquels nous nous sommes basés lors de nos recherches :

Un véhicule tout-terrain quatre roues motrices (4×4)
Le voyage comporte de nombreuses routes de gravier ou de terre, sans aucun entretien. Nous allons également emprunter des routes de montagne allant parfois jusqu’à 4000 mètres d’altitude et nous traverserons forcément de petites rivières à certains endroits. Enfin, certains lieux ne sont accessibles qu’avec un véhicule tout terrain et nous ne voulons pas nous priver d’aucune merveille qui pourrait apparaître sur notre passage.

Une boîte de vitesse manuelle

Ce n’est pas un critère décisif pour la fiabilité d’un moteur ou de la transmission. Ce critère est totalement personnel mais néanmoins très important pour notre propre perception de la fiabilité et de la gestion de la conduite lors de la traversée de passages à risques ou techniques. De plus, une boîte de vitesse manuelle offre la possibilité d’utiliser le frein moteur dans les pentes et virages : ça permet de préserver les plaquettes de freins et d’avoir une auto qui tient la route dans les virages un peu serrés si le changement de vitesse est fait adéquatement. On peut également en tirer une légère économie d’essence comparé à une automatique.

Un moteur diésel 4 cylindres consommant en moyenne de 10 à 12 litres au 100km
Ce critère est purement économique. Le gazole (diésel) coûte en général moins cher que l’essence et un moteur diésel est moins énergivore qu’un moteur à essence. De plus, le moteur diésel accepte très bien l’huile (huile de friture ou autres huiles végétales comme l’huile de colza) comme carburant principal ou en mélange avec le gazole, ce qui offre l’avantage de diminuer encore le coût du carburant. Notre voyage s’étant sur 50 000 km. Pour un moteur diésel consommant en moyenne 12 litres au 100 km et pour un coût moyen du gazole à 1,10$ le litre, le budget du carburant s’élève à 6 600$, comparé à environ 10 000$ pour un moteur à essence. Les moteurs de nos jours ont plus que 4 cylindres et cela augmente considérablement la consommation. Tout dépendant du chargement de la voiture et de d’autres aspects variables, nous atteindrons en moyenne 11.5 litres au 100 avec le BJ60.

Diesel + Transmission Manuelle + 4 Cylindres + Moteur à l’huile converti = combinaison économique gagnante pour nous.

Mécanique fiable et simple sans électronique dont les pièces sont facilement trouvables

Nous ne connaissons rien en mécanique et nous voulions être assurés de pouvoir faire un maximum de km sans pépins et de pouvoir intervenir nous même lorsqu’un problème arriverait. L’électronique dans le moteur est donc bannie ainsi que tout système sophistiqué. De ce fait, le modèle de voiture devait être des années 80 jusqu’à la moitié des années 90 ; modèle ni trop vieux ni trop jeune. Des cours de base en mécanique seront tout de même à prévoir lors de la prochaine année!

Véhicule préparé à la traversée de lieux accidentés
Suspensions relevées et robustes, moteur et carrosserie entretenus, courroies, transmission, ponts, filtres, ventilateur, etc. régulièrement changés, purgés, nettoyés (selon les besoins), système d’éclairage puissant, et possibilité de poser un treuil. Tout le nécessaire doit être fait sur la voiture afin de réduire les risques pouvant être encourus lors d’un tel voyage.

Espace / Aménagement

Notre auto sera notre maison pendant un an. Nous allons y vivre littéralement durant toute la durée du voyage et pour cela la voiture doit offrir suffisamment d’espace pour ranger les affaires de base (vêtements, articles de camping (ustensiles, couverts, table, chaise, tente, brûleur), la bouffe, les bidons d’eau et d’essence extra pour les longues traversées), pour s’asseoir, relaxer, dormir, ranger les appareils électroniques, guides de voyage, cartes, passes-temps, etc..! Il faut un grand coffre et un coffre haut !! Un espace de rangement sur le toit de la voiture pourrait également nous faire sauver de l’espace et obtenir une meilleure organisation globale. On doit également pouvoir aménager le tout pour 2 personnes (pour dormir) et d’avoir la possibilité d’accueillir d’autres personnes lors du transport serait un avantage à considérer.

Équipements divers
Ce dernier point est plus un bonbon sur le gâteau. Si l’auto est déjà équipée pour ce type de voyage, si le toit possède un rack, un auvent et tout autre avantage de ce genre, alors tant mieux pour nous!

L’apparence
Il nous faut une voiture d’apparence « low-profile » qui n’attirera pas trop l’attention dans les pays plus au sud. Ce type de véhicule est plus commun dans les pays en Amériques du Sud alors qu’un véhicule plus récent et plus flamboyant attirerait davantage l’attention, à notre humble avis. Le risque est tout de même présent malgré tout, mais nous avons cherché à l’atténuer en considérant ce critère!

Finalement, en observant les 4×4 sur les routes du Québec, en parlant autour de nous de nos critères de sélection de voiture, en allant sur les forums en se renseignant sur les différentes marques et modèles de voiture; Toyota, pour sa fiabilité, son universalité aux Amériques et la robustesse de ses vieux 4×4 s’est imposée. La série Land Cruiser des années 80 pour son espace, sa robustesse, son profil passe-partout et facilement transformable s’est également imposée. Seulement, nous ne savions pas quel modèle prendre parmi la gamme des Land Cruiser. Un jour, on nous a conseillé de chercher un BJ60, parce qu’il répondrait à tous nos critères techniques et mécaniques. On a cherché le BJ60 sur kijiji et les PACs, nous en avons trouvé un à vendre à Saint-Jean-Sur-Richelieu, avec 490 000 kms au compteur! Nous avons été le voir et l’essayer. Il se trouve que le propriétaire avait fait, en 2010 et 2011, le même voyage que nous prévoyons de faire, avec le BJ60 précisément en vente. Ainsi la boucle est bouclée, la recherche finie, nous achetons CETTE voiture !!

Toyota Land Cruiser BJ60 1984

N.B : Il faut compter 12 500$ en moyenne pour un BJ60 équipé de la sorte. Ce modèle a été conçu pour le Canada et il en existe environ 600, diésel et essence.

Nous vous inviterons donc au cours des prochains mois à suivre notre blog où nous tenterons de décrire les différents changements que nous avons apporté à la voiture, sa nouvelle configuration, l’équipement nécessaire à prévoir pour ce type de voyage et beaucoup plus encore.

À bientôt!